J N Darby – French Letter No. 164 – A Desire for the Church and its Pastors

 JohnNelsonDarby

Autumn 1837

To Messrs Guers, l’Huilier, Empeytaz

(This letter, addressed by the brethren of the Church of Bourg-du-Four to the above-named pastors, has been discovered in JND’s papers and is entirely in his hand[1].)

Dear brothers and beloved pastors

We desire to assure you, in replying to the setting out of the principles which have had the kindness to give us, that we receive with thanksgiving to our God and Father, and as coming from His goodness, all the gifts that have been given to you. We pray to Him earnestly that, according to His wisdom and this goodness towards His children on which we rest, He will make these gifts grow day by day. The only thing that we have to say to you on this subject is that you also pray that you attend more to the exercise of these gifts, as it is said in Acts 6: 4: “to persevere in prayer and in the ministry of the Word”.

We believe that the burden of all the church’s business that weighs entirely on you hinders you in this regard. And more, dear pastors, while having the full assurance that your intentions and desires have been good and that perhaps a guilty negligence on our part has contributed to it, we believe that the free action of the Holy Spirit has been restricted in the church. We do not seek at all – it would be to hinder our own happiness, and God keep us from it – to put hindrances in the way of free action of the Holy Ghost in our pastors and by our pastors in the midst of the church. But we desire also that His free action in the church should not be hindered, or suppressed, or restricted, but that however if it may be manifested, it should reign freely, acting whether in the pastors or in other brothers, according to His holy power and the sure word of our God.

May the church, including the pastors with all their light and their experiences, act in all the business which is necessary for its wellbeing according to their respective gifts. We think that this has been prevented, and that is what we claim, and it is on this principle that we desire to act from now on, and that we want that you act, so that love and confidence, in a word the Spirit of our God may reign and act freely in the midst of us, His poor children. We do not wish at all to trust ourselves or man, whoever he is. We trust only in the free action of the Holy Spirit and having consulted the holy Word, we think that what we say is according to this Word. Let us give therefore full freedom to the action of the Holy Ghost in the church, and everything will go well; and if the flesh acts, in whoever it is, let him be judged as having acted in the flesh.

This is what we feel and answer to your setting out of principles. There are several questions on which we want more coherent and broader scriptural education, and on this we desire in consequence to deepen in this Word even more. It is to this end that we have continued our meetings, so that, if these questions should be discussed in the church, we will be more able to judge and pronounce on them according to the word of God. For now, we only want to tell you of our desires on things which seem to us to be the basis of the peace and happiness of the church.

[1] This letter is part of the story of a division in an independent church in Bourg-du-Four, otherwise known as the l’Eglise de La Pélisserie, with which Mr Darby had associated. Place Bourg du Four is in the old part of Geneva. It is recorded that, on 3 March 1842, about sixty brothers and sisters, sharing the views of Mr Darby, broke off fellowship with this church, and left it. The church, and the three pastors addressed – with others, became part of the Swiss Evangelical Free Church: Emil Guers (1794-1882) was one of two initial pastors (who had been consecrated at ‘Poultry Chapel’ near Mansion House in London in 1823); Henri Empeytaz (1790-1853) was the third.

J N Darby – French Letter No. 163 – The Lord’s Prayer

Saint-Hippolyte (station) – 7th April 1847

Mr Barbezat

Lyon

Very dear Brother,

Your letter followed me to Montpéllier, where I was just about to leave; which has delayed my reply.   I have been led somewhat as you have in regard to the Lord’s prayer.   That it is perfect is quite certain, because it is the Lord that gave it.   But where the Spirit is, there is liberty, and I do not see the smallest allusion made to this prayer in the rest of the New Testament, although we find there a good many prayers, and passages which indicate the subjects of prayers. It would be impossible that a man led by the Holy Spirit in the knowledge of his needs, and of the love of God, should limit himself to a prescribed form.   But if one uses this prayer, and prays other prayers at the same time, that is either to say that it is imperfect, or else to say that it does not answer to the needs of the soul.

The fact is that giving directions (however perfect they may be) to persons who had not received the Holy Spirit, and the operation of the Holy Spirit in him in whom He dwells, are two things necessarily distinct; and one who does not understand that, does not know what the influence of the Holy Spirit is.   The divine Spirit necessarily acts in the soul in a way that is proper to Him, and while revealing the glory of Jesus, puts the soul in an entirely new relationship with the Father and with our Lord Jesus Christ.   The Lord while living on earth could not put the soul into this relationship.   Now prayer is the intimate expression of it; and this new relationship gives it an entirely new character.   Hence the “groanings which cannot be uttered”[1], where He who searches the hearts finds no forms learnt and enforced in the memory, even though these forms might have been given by the Lord Himself.   He finds the mind of the Spirit who intercedes for us according to God.   If we want to use the Lord’s prayer as a supplement to the imperfections of our own sighings (while I quite admit that that may be done in good faith), this recital of His words without any heart, to fill up the gaps which are found in our hearts, seems to me a bad use of this precious instruction of the Lord.   It is also ignoring the groanings of the Spirit.

But the difficulty lies in this and in this only, that we have to do with souls who, not being delivered by the Holy Spirit, do not understand the mind of Jesus, nor the fact that in His tenderness He could make provision for the disciples who had not yet received the Holy Spirit. This provision could not be applicable to them in the same way when the Holy Spirit had come down. That is the real difficulty. If they are worldly people, one may very well show them that they cannot use the Lord’s prayer, that they would not really dare to say that they are children of God, nor sincerely desire and call for the kingdom of Jesus to come, since they do not know whether that would be their eternal ruin. I was attacked once on this subject. At that time I gave some sermons on the Lord’s prayer to explain the contents of it. Since then I have heard no more of it. If they are children of God, we must act gently. Is there perhaps a true respect for the words of Jesus, though superstition may be mixed with it? We must attempt to enlighten them about deliverance by the Holy Spirit, and about His presence in those who have yielded themselves to Jesus. Their difficulties will fall away without any reasoning when they are delivered. It would be useless to talk to them about the remnant, they do not know what it is; but they will well understand what the thoughts of Jesus are, His tenderness towards His disciples while they were still fleshly and needing to be led like children – He Himself being on the earth to guide them on the earth. They will understand the difference between that, and the Spirit who gives us to know that we are in Him and He in us. On the earth, I say “who art in heaven”. Now I worship Him as being near to Him, or else I approach the cross as a sinner. But I say “Come, Lord Jesus”, rather than saying ”Thy kingdom come”, although both things are true. “Thy will be done on earth as it is in heaven” is indeed our desire; but this word does not express the needs of a soul which is in conflict with the spiritual powers of wickedness in heavenly places,
and which is passing through this earth at a time when it is estranged from God. Such a soul takes its stand as a stranger to this world which has rejected Jesus. It finds its rest in the heavenly delights themselves, and its joy in being in conformity to Jesus up there. The Holy Spirit also greatly develops the desires and wishes of the Lord’s prayer, in a multitude of things of which He gives us the knowledge, and which could not be limited, for the confidence of sonship, to the Lord’s prayer. If we want the Lord’s prayer we ought to use nothing else, otherwise the use of it is only pure superstition. If it is our prayer, it is perfect, it is our whole prayer and our only prayer.

This much is evident. If someone says to me: ‘You shall say this, for you shall not be heard through much speaking’, and then I add ten times more words before or after, this seems to me hardly a real obedience. For the rest, to examine the contents of the Lord’s prayer, and fathom the thoughts of Jesus in it, is a very precious thing.

[1] see Rom 8: 26, 27

 

Note:  This letter was originally published in ‘Baskets of Fragments’JohnNelsonDarby

J N Darby – French Letter No. 162 – More on Conversion and Repentance

 JohnNelsonDarby

London – November 1858

To Mr B R

… It is a little a question of the force of the word conversion. I know that in Swiss it has quite another force than in this country. This is a useless point to discuss, as long as one knows what one wants to say, while the idea given by the word “to convert” is not that which one gives it among French-speaking Christians. It is the same as the word Bekehrung[1] in German. But what is important to notice is that this idea of conversion is not the sense of [….Ω….][2], which signifies a change of view, of opinion, of mind – a reflection made – or after having reflected. In German: Seinen Sinn aendern, daher bekennen[3], – this is why one can repent [….Ω….]. One can repent of a particular fault, one cannot be converted of a fault. Conversion takes place when the will of the moral being is turned towards God, this is the sense of the word. Repentance is the judgment it forms on all its conduct and on its life at the same time. Its new nature is turned towards God; the new nature judges all that is contrary to Him. The state of man, seen from the point of view of the first fact, this is his conversion; from the point of the view of the second, his repentance.

Regeneration[4], in the ordinary sense of the word, is the beginning or the communication of this life which is characterised, as far as it exists, by these two things, conversion and repentance. I do not accept that conversion is “a reversal of the way of seeing, of feeling and of mind as to God”. It is more, as long as it is a state of man, an effect of these things. Conversion is the change of the voluntary direction of life. Man is converted. He turns towards God. Now the judgment which he has on his past life, before he turned, is according to the principles of the new nature (which morally speaking is that of God); but this judgment signifies an element of immense importance. The prodigal son, in forming this judgment, before his father threw himself on his shoulder, repented indeed; that is to say, bore a judgment, divine in its nature, on all his passed life. But before the knowledge of repentance and the love of the Father, the judgment which he bore could not have the character that it had afterwards, because God is not known objectively by the new nature, not at least fully known in the way the judgment is formed after this knowledge. When I say judgment, it is a vital and living judgment and one brings it on oneself in bringing it on the evil.

In the moral order, that is to say in the conscience of man, repentance precedes conversion. Paul (Acts 26: 20) had taught them that they should repent and turn to God. The prodigal son came to himself and judged that he should rise up and go to his father. But it must not be concluded either that the man who repents does it without God acting to communicate life. Regrets are not repentance, μεταμέλομαι signifies regret or remorse. μετάυοι repentance, says the apostle, never to be regretted. One cannot deny that έπιστροφή (conversion) signifies turning oneself towards which is not μεταμέλομαι, μετάυοι; έπιστροφή is to turn oneself (sich umwenden[5]).

μετάυοι (repentance) alone is a change of mind, or moral judgment. I do not believe that, in fact, one precedes the other. When God communicates life, all really goes together. If you speak of the consciousness that one has of a thing, I have no objection to it being said that repentance precedes, but that in fact conversion of the will towards God being the essence of the first movement of heart, seems to me to be a truth of all importance. These words “my father’s house” expressed this in the prodigal son. But the judgment that takes knowledge of all, by the entrance of the light and of the life of God is too importance, – the Sinnesaenderung[6] on everything, so that I accept that the word [….Ω….] is turned round in its true force which does not signify conversion.

[1] German for ‘conversion’

[2] see note to Letter No 143

[3] German for ‘Its sense changes, hence, to know’

[4] see note to Letter No 156

[5] German for ‘turn round’

[6] German for ‘sensory change’

J N Darby – French Letter No. 161 – Conversion is not the same as Repentance

JohnNelsonDarbyNovember 1858
To Mr B R
Dear Brother
… Conversion is not the same thing as repentance. Without a discussion over words, I would remark that one could by the grace of God and the quickening work of this grace in us, turn to God and seek Him, drawn towards Him by His grace, not wanting to perish where we are, and yet repentance could remain very superficial, to the great damage of the soul. True repentance is the review that, in the consciousness of grace, the soul makes of itself, of its motives and its ways, the way of judging them in the light of God whom it knows in grace. It is the opposite of the will, for in repentance, one judges all in relation to the nature and the will of God, because one partakes in fact in His nature and one is submissive to His will. It is opposed to passions which are the tendencies of nature, united to the will and, as to these tendencies also, all is judged according to our new relationships with God. Repentance is above all a judgment of oneself, which makes the thing real and true and substitutes, by grace, God for me in us – what makes the essential difference in life.
In the details, there were always be a work to be wrought, but there is an entire difference in the state of the soul who is fundamentally repentant. I believe that many brethren, whether among us or among other Christians, have not really submitted to this powerful work. There is always repentance in a converted man, without telling himself: “I have sinned against heaven and before thee” . But it is quite another thing to judge ways and springs of the way; the spring, in selfish principles and selbständig of heart in the way of relying really on the Lord as dependent upon Him.
This is why, morally, I hold to the word repentance. Naturally, the translation depends on the sense of the word, but I answer now to your moral motives to change the word repentance and replace it by the word conversion – motives which I believe are excellent.
______________

J N Darby – Lettre No. 160

JohnNelsonDarby                        Pau, 5 avril 1857

A M. B. R.

Bien-aimé frère,

Votre lettre du 8 mars m’est enfin parvenue. Au sujet de Hébr.3 v.1, je vous comprends parfaitement, du moins je le pense. Il y a du vrai dans ce que vous dites, mais je doute que vous ayez pris en considération tous les points de vue que la Parole nous fournit à ce sujet. (L’affirmation était que : Héb.3 v.1, comme toute l’épître, n’était pas adressé uniquement à ceux des Hébreux qui avaient la foi en Christ, mais à l’ensemble du peuple qui se trouvait alors en Judée)

Premièrement, il me semble qu’il y a des expressions dans le chapitre même qui font voir que l’apôtre pensait à des personnes ayant, au moins quant à leur profession, accepté Jésus comme Seigneur, le reconnaissant comme Messie et mettant leur confiance en lui. Je dis cela parce que l’apôtre parle du “commencement de leur confiance” et de ce qu’ils devaient “garder jusqu’à la fin” et de ce que nous sommes sa maison, si du moins nous retenons ferme jusqu’au bout le commencement de notre confiance et la joie de l’espérance.

Quant il fait la comparaison avec Israël, c’est avec Israël racheté et qui est entré dans le désert. Voyez aussi 6 v.9-10 ; 4 v.14 ; 10 v.22 et suivants ; puis v.34 ; 13 v.8-9, et beaucoup d’autres passages qui impliquent que la position de ceux auxquels il s’adresse était celle de chrétiens.

Maintenant voici, à ce qu’il me paraît, les points importants de l’épître, qui lui sont propres, et dont il faut tenir compte. Christ est mort pour la nation, pour sanctifier le peuple par son propre sang. Ainsi, tous ceux qui reconnaissaient Jésus pour Messie étaient censés être sanctifiés et censés, en même temps, faire encore partie du peuple. D’autre part, écrite peu avant la destruction de Jérusalem et la cessation de tout rapport entre Dieu et le peuple, l’épître invite les Juifs à sortir hors du camp (non pas du monde, mais du camp d’Israël) et à reconnaître le Christ comme rejeté par Israël et monté dans le ciel en dehors du peuple. Mais le fait qu’il les invite ainsi à sortir hors du camp, n’est-il pas une preuve qu’il s’occupe du résidu, distingué d’avec la masse, quoique ce résidu eût été jusqu’alors en relation avec la masse incrédule et en faisant partie ?

Il me semble que l’épître aux Hébreux est au fond un développement du caractère céleste du christianisme (pas de l’Eglise, qui ne se trouve proprement qu’au chap.12), pour empêcher, d’un côté, les Juifs croyants de glisser de nouveau dans l’ancienne ornière, et d’un autre, pour préparer le chemin à cette exhortation, si terrible pour un Juif et qui ne se trouve que tout à la fin, savoir de quitter le système et le camp judaïques. Cette exhortation est fondée sur le fait que Christ (selon le type du sacrifice parfait pour le péché) avait souffert hors du camp pour ce qui regarde ce monde et que son sang avait été porté dans le sanctuaire ; qu’il fallait être dans le ciel, quant à sa vraie position devant Dieu, et en dehors du système terrestre ici-bas.

Mais le fait que l’Eglise n’entre pas en ligne de compte, sauf là où toute la scène de gloire millénaire est présentée, donne lieu à une autre particularité de cette épître : c’est que, dans les espérances qu’elle nous présente et dans la perspective de repos et de gloire qu’elle nous ouvre, tout en se servant d’expressions applicables au bonheur céleste, elle ne dépasse pas ce qui peut s’appliquer au repos terrestre ; elle laisse place à cette application de ses expressions : “Il reste un repos pour le peuple de Dieu”. Où ? Ceci rentre en partie dans votre manière de voir. Mais alors, en supposant que, dans le temps à venir, un Israélite se serve de cette épître en vue du repos du peuple de Dieu – Israélite encore attaché à sa nation après l’enlèvement de l’Eglise – il faudra qu’il comprenne que ce n’était qu’un résidu ; qu’il y avait eu une espérance céleste à laquelle il n’avait pas sa part ; que, pour en jouir définitivement, on avait dû sortir hors du camp d’Israël, ce que lui n’avait pas fait. C’est-à-dire qu’il devra avoir conscience que, bien que Dieu ait réservé, pour le résidu de son peuple (et ainsi pour son peuple, Rom.9 v.7, 27 ; 11 v.26) un repos sur la terre, il y avait eu un autre repos dans lequel étaient entrés ceux qui étaient sortis hors du camp, ce que lui n’avait pas fait. Or, tout en laissant entrevoir un repos terrestre pour le peuple, le but de l’épître est d’engager les Juifs croyants comme participants à l’appel céleste, à ne pas s’attacher à ce repos terrestre, mais à regarder plus haut, c’est-à-dire à Jésus entré comme précurseur au-dedans du voile. Le résidu étant encore en relation avec le peuple, il en faisait partie, position toujours dangereuse ; plus que dangereuse, au moment où l’épître a été écrite. Elle reconnaît le fait, ce qui appartient au peuple, mais s’adresse à la partie croyante, pour qu’elle ne fît plus partie du peuple, mais s’attachât à sa propre part. L’espérance qui pénètre au-dedans du voile où Jésus est entré. La condamnation des Juifs (comp.Actes 7, où il n’est pas encore assis), et le droit d’entrer dans le sanctuaire céleste était assuré au pécheur comme son partage présent et éternel.

Il n’en est pas moins vrai que cette position de Jésus est le fondement de toute espérance pour le Juif au dernier jour, et cette espérance, l’apôtre la laisse subsister ; mais c’est l’espérance du résidu, et ce résidu, actuellement dans le giron de la nation, il l’invite à sortir de son sein, en vertu de sa vocation céleste fondée sur le fait que Jésus est assis au-dedans du ciel. Les raisonnements sur les sacrifices confirment, me semble-t-il, ces vues : Christ était mort pour la nation, et ainsi chacun de ceux qui le reconnaissaient était censé avoir part aux privilèges chrétiens sans quitter la nation ; mais, dans cette épître, tout en se plaçant sur ce terrain, l’apôtre s’adresse, me semble-t-il, à ceux qui l’avaient reconnu, pour les inviter à se séparer de la nation, en montrant soit pour les sacrifices, soit pour la sacrificature, la supériorité d’un autre système qui devait remplacer l’ancien. Je ne dis pas que le remplacement du système soit la mise de côté de la nation, car Christ est mort pour la nation, mais que, de fait (le grand sujet étant le remplacement du système), le principe du nouveau système était un Christ couronné de gloire et d’honneur dans le ciel et que ceux-là seuls qui s’étaient attachés à lui par la foi, se trouvent compris dans la catégorie à laquelle l’apôtre parle. Comparez particulièrement le chap. 6 déjà cité. Cela exige une attention patiente au contenu de l’épître, non pour profiter des riches matériaux qu’elle renferme, mais pour faire sa juste part à l’œuvre pour la nation, la distinguant en même temps de la relation formée par la foi. L’œuvre et la position sont valables pour le résidu aux derniers jours, pour qu’il jouisse des bénédictions terrestres ; mais l’apôtre s’adresse à ceux qui participeraient aux dons par la foi. Je ne sais si je me fais comprendre ; j’ai écrit ce billet à plusieurs reprises.

Sauf une partie de l’Apocalypse, laissées inachevée l’année passée, notre traduction sera, Dieu aidant, terminée demain, mais nous la relirons.

J N Darby – Lettre No. 159

Date inconnue

A M. B. R.

Bien cher frère,

En réponse à votre question au sujet de 2 Cor.5 v.19, je crois que le bien-aimé Sauveur était “réconciliant,” agissant dans ce but pendant sa vie. Il a été rejeté. Dieu savait que la rédemption par son sang était nécessaire pour réconcilier. De sorte qu’en résultat il a été fait péché pour qu’il pût commettre le ministère de la réconciliation aux apôtres. Et lorsqu’il est dit : “Dieu était en Christ, réconciliant” il ne s’agit pas de la base nécessaire pour que la chose s’effectuât (c’est ce qui est dit tout de suite après), mais des voies de Dieu à l’égard des hommes, par Christ, pendant sa vie. Si Christ avait été reçu sans la mort et une nouvelle création, le résultat aurait démontré que le mal était réparable. Maintenant nous savons qu’il en est tout autrement. Mais Dieu présentait la chose à la responsabilité de l’homme, avant de manifester cette impossibilité. Ceux qu’il appelait, il les appelait selon la connaissance qu’il avait lui-même de ce qu’il allait faire. “J’ai encore mon Fils ; ils auront du respect pour mon Fils” – voilà ce qui est présenté à l’homme. L’objet de la foi est la personne de Christ. En y croyant, on jouit de l’efficace de sa mort, dans l’ignorance pendant sa vie, plus tard avec intelligence.

Il y a un pardon gouvernemental qui ne pouvait avoir lieu qu’en vertu de l’expiation, c’est vrai, mais qui cependant est autre chose. Au reste, le pardon était accordé en détail, en vue de l’offrande de Christ. Christ l’accordait pleinement pendant sa vie ici-bas, en vue des voies de Dieu en grâce. L’effet se montrait, le cas échéant, par une guérison comme preuve. Mais la grâce, en tout temps, a son application en vue de l’œuvre de Christ. (Voyez Rom.3 v.25, 26).

Votre affectionné.

J N Darby – Lettre No. 158

Hereford, 30 décembre 1853

A M. B. R.

Bien-aimé frère,

…Je crois que la Bête foulera aux pieds d’autres pays que ceux qui forment son corps. Je ne crois pas que l’Irlande fasse partie du corps de la Bête. L’aveuglement positif qui pèsera et pèse sur l’Angleterre lui sera épargné, mais elle sera sans doute sous le jugement qui viendra sur ceux qui vivent dans l’insouciance dans “les îles.” Je crois que Dieu s’en servira comme témoignage, que c’est la propre faute de l’Angleterre qu’elle soit aveuglée, et que l’Irlande sera jusqu’à un certain point un oasis, bien que le joug de l’Angleterre, qui favorise gouvernementalement le papisme, pèse sur elle. Elle sera un refuge, mais j’aime mieux me fier à Dieu, où que ce soit, qu’à l’Irlande ou aux Etats-Unis. Rien ne sera assez décidé, ni assez puissant, pour faire contrepoids à “la femme sur la Bête,” car la Russie est en dehors et a son chemin à elle. Dieu suffira infailliblement à tous ceux qui se confient en lui. Il fait contribuer toutes choses au bien de ceux qui l’aiment.

A l’égard de C. et de H. à Lausanne, c’est triste, sans doute ; et je crois que G. a de fait gêné les frères par sa manière d’agir. Les femmes se sont aperçues de cet esprit chez G. et le lui font sentir. Elles ont raison et tort à la foi. C. a, je l’admets, quelque chose à dire, et son silence tend à rétrécir les limites du bien qui se ferait à Lausanne. D’un autre côté, quant à ceux qui ont été exclus, je vous assure qu’on n’en a pas beaucoup de regret, sauf pour eux-mêmes. Ils sont membres de Christ, et Dieu me garde du péché de les mépriser, mais le mélange de spiritualité dans les formes, joint à l’effort de plaire au monde et à la conformité au monde, serait la ruine des frères et du témoignage. Il est bon que ce cher G. ait eu cette humiliation, car il est très entier et aime que les autres aillent comme il l’entend, mais à la longue, s’il apprenait ce que Dieu lui enseigne, Dieu le ferait sortir et les frères avec lui d’une condition où ils sont à l’étroit, pour les introduire dans un champ large de bénédiction. Le cher C., s’il avait eu un peu plus de foi, aurait pu être très utile. De fait, à Lausanne, personne n’a confiance en lui. Les cœurs qu’il gagne par son amabilité, ne lui font que du mal. J’ai fait auprès de lui ce que j’ai pu, mais il le prenait d’un peu haut. S’il y avait toujours là quelqu’un qui exerçât un ministère indépendant, de sorte que ce ne fût pas toujours G. seul qui agît, la difficulté disparaîtrait, mais c’est Dieu seul qui peut envoyer cela. En attendant, les frères ont la conscience de leur intégrité, et la chair de G. n’est pas pleinement mortifiée, et par son caractère et sa décision, c’est lui qui mène plus ou moins. C. qui ne jouit pas de la confiance des frères, a le sentiment de ses torts, et en a eu dans le sens qu’il a été froissé sans qu’on l’ait voulu. Le désir de servir le Seigneur avec intégrité se trouve chez les frères, mais ils l’ont sans que la chair, qui fait toujours du mal, soit assez mortifiée pour qu’elle ne devienne pas une pierre d’achoppement. J’espère qu’ils présenteront assez leur cas à Dieu pour que, après les avoir exercés et humiliés, il puisse les bénir malgré leur chair. Voilà où j’en étais quand j’ai quitté Lausanne. G. n’était pas tout à fait content ; j’ai remis la chose à Dieu. Il s’agissait de l’état de tous, non pas d’une décision à prendre, d’autant plus que je ne pouvais plus y rester. Les femmes pensent que je ne juge pas les choses à fond ; elles se trompent, mais je n’ai pas mes sentiments engagés comme elles ; seulement je puis remettre les choses à Dieu, parce que je crois qu’au fond les frères cherchent la gloire de Dieu avec intégrité. Je supporte les mécontents plus que les frères n’aimeraient, peut-être, car en admettant les griefs des frères à leur égard, et il y en a beaucoup, je crois que leur chair a en partie donné occasion à ce mécontentement, et on ne peut jamais justifier la chair. Mais j’ai confiance en Dieu.

Quant au frère H., mes rapports avec lui sont bons, et j’en reste là. Je ne crois pas qu’il ait assez de foi pour être en témoignage sous certains rapports. Les anciens dissidents ont leur caractère à eux. Dans le chemin de la foi, ils ont été reconnus, comme Dieu le fait toujours. Le monde les a trompés.

Je suis incapable de marcher, m’étant foulé le pied droit, mais Dieu, dans sa grande bonté, m’a donné de profiter beaucoup de mon temps avec la Parole.

Votre bien affectionné.

J N Darby – Lettre No. 157

Montpellier, 15 avril 1850

A M. B. R.

Bien cher frère,

Voici ce qu’il me semble, quant à votre second volume. Je pense que plusieurs, ayant le commencement, aimeraient avoir la suite. Lorsque vous l’aurez imprimé, vous pourrez signifier aux souscripteurs que vous ne le mettez pas en vente publique, à cause de la difficulté sentie par plusieurs frères, mais que le volume sera expédié à ceux qui le demanderont. Je ne vois pas pourquoi vous ne le vendriez pas à d’autres qui le chercheraient, sans toutefois le mettre en vente de commerce. Si les souscriptions ne sont pas encore payées, la chose en restera là ; si elles ont déjà été reçues, vous trouvez, sans doute, un moyen de les rendre. Je dis cela comme déférence volontaire aux frères, chose qui ne fait jamais de mal quand la conscience n’est pas engagée. Si elle l’est, c’est une toute autre affaire. Pour ma part, je ne crains pas les divergences sur des questions d’intelligence. Quelquefois ces divergences tiennent à des principes ; alors, de nouveau, c’est une tout autre affaire. Il y a bien des frères avec lesquels je ne suis pas d’accord sur divers points, et avec lesquels, cependant, je suis beaucoup plus lié qu’avec des personnes qui acceptent tout ce que je dis. Au reste, l’amour ne dépend pas de cela, quoique l’unité de sentiment soit un but désirable.

Je crois que Dieu, dans sa grâce, agit en bien dans son Eglise et spécialement au milieu des frères. Ici, il y a vraiment beaucoup de bien, partout des conversions, nombreuses même pour nos temps ; les frères encouragés, ranimés et renouvelés pour ainsi dire, et cela avec, en même temps, un besoin plus senti de réaliser sa présence, comme une réalité au milieu des siens. Lorsque Dieu est là, les difficultés et même les misères s’évanouissent. Il y a aussi quelques nouveaux ouvriers qui sont bénis, et cela est un grand sujet de joie. On voit l’action de Dieu. Il y a également d’assez vastes champs ouverts, sans qu’il y ait des ouvriers pour les visiter. Ici, à Montpellier, où tout était assez mort, le Saint-Esprit agit dans plusieurs âmes. J’ai été au Vigan, où le Seigneur a donné sa bénédiction. On doit reconnaître la bonne main de Dieu et chercher à conserver, autant que possible, cette grâce qu’il nous accorde.

J’ai une lettre de M.F., où il parle avec beaucoup d’affection de vous. Il a été heureux à V. ; il dit seulement, sans insister là-dessus, que vous avez un “crotchet,” un dada sur la nouvelle Jérusalem, mais il est toujours réservé et peut-être aimerait-il mieux ne pas discuter. Je crois que, tout en rejetant certaines vues, et en étant quelquefois fatigué du travail de tête, on a trouvé de très bonnes choses, spirituellement aussi, dans vos numéros sur l’Apocalypse.

J’espère vous voir tous bientôt, s’il plaît à Dieu. Je pense partir d’ici dans dix jours, et je passerai probablement dix à quinze jours pour arriver à Genève, en passant, en route, quelques jours avec des frères, mais je ne veux pas retarder ma réponse. Saluez affectueusement tous nos chers frères.

Votre tout affectionné

Il ne faut pas prendre trop à l’avance des résolutions au sujet de votre marche après le second volume. Dieu sait ce qui vous conviendra. Je crois que plus d’occupation avec la grâce envers les âmes, et moins de travail de cabinet vous aurait mis plus en liberté, mais Dieu sait ce qu’il nous faut. Je dois vous dire que je n’ai aucune inquiétude au sujet de votre publication. Il est très probable que je ne suis pas d’accord avec vous sur tous les points, car c’est rare. Se tenir dans les limites de l’enseignement de Dieu, c’est ce que je cherche à faire, et, je l’espère, davantage tous les jours, mais je n’appelle pas du tout émettre des idées différentes, être agressif. Il y a des cas où il vaut mieux ne pas susciter, devant le monde ou devant les faibles dans la foi, des questions qu’ils ne peuvent pas résoudre.

J N Darby – Lettre No. 156

Montpellier, 15 janvier 1850

A M. B. R.

Bien cher frère.

Je vous remercie beaucoup de votre petite lettre et de l’affection dont elle était le témoignage, affection qui m’est bien précieuse. Je suis mieux, mais le principe de mon mal est toujours là. Dieu sait si cela se dissipera, ou si je le porterai jusqu’à la fin, avec ce pauvre corps de péché qui l’engendre. Quoiqu’il en soit, je suis heureux et me repose avec une douceur indicible sur l’œuvre de Celui qui m’a aimé et qui m’aime d’un amour parfait et éternel.

Quant à notre cher Sp., je crois qu’il est un peu mystique, ou plutôt que le genre allemand va à la tendance de son caractère personnel qui penche à regarder toujours au-dedans, à s’occuper de l’effet de la grâce, c’est-à-dire de soi, au lieu de l’objet de la foi et de la source de la grâce : de Dieu lui-même et du Sauveur qui nous a aimés. C’est un mal invétéré du cœur, parce qu’on en fait une fidélité, et, au fond, on aime à être occupé de soi, si l’on peut appeler cette occupation la piété. Satan s’en moque bien, et ceux qui en sont là, jugent les autres comme étant antinomiens et infidèles, comme prenant la chose à la légère, tandis que, de fait, ce sont eux-mêmes qui ont encore une trop bonne opinion d’eux-mêmes. En sommes, tel que je suis, je suis nécessairement perdu ; vu ce que Dieu dit, je devrais l’être ; je reconnais que son jugement est nécessaire. Cependant, tout en faisant abstraction du mysticisme, je crois (vous en serez étonné) que Sp. a raison, non pas dans sa manière de l’envisager, mais dans le fait. Il y a, je le crois, une connaissance de soi-même devant Dieu, outre la conscience des péchés. La pauvre Cananéenne savait sa misère et cherchait le remède auprès de Jésus, mais le Seigneur la place sur ce terrain terrible pour le cœur, d’être en présence de la bénédiction, sachant qu’elle est là, et privée du droit d’y participer. Elle n’était pas précisément coupable de telle ou telle chose, mais à cause de ce qu’elle était et de ce qu’était la bénédiction, elle ne pouvait pas y avoir part. L’amour de Dieu était la pleine réponse à cet état, et c’est ainsi seulement qu’on Le connaît dans sa propre pureté, dans sa gratuité, dans sa souveraine bonté, qu’on Le connaît tel qu’il est, pur et absolu, Dieu lui-même étant révélé dans cet amour, tel qu’il est. C’est pourquoi la foi de la pauvre femme est reconnue être grande, car elle voit ce que Dieu est, à travers la conscience de ce qu’elle est elle-même. Les mystiques considèrent cela comme un état d’âme et, par conséquent, sont à le chercher dans un véritable esprit de propre justice. La foi en jouit comme d’une révélation de Dieu. C’est ce qui m’a donné, tout faible moralement que je sois, une joie et un bonheur indicibles pendant ma maladie et avant. Ce n’était pas le pardon des péchés ; car je n’en doute pas, et je reconnais la grâce infinie qui les a pardonnés gratuitement, la pure grâce envers moi, indigne pécheur, et cela par le précieux Sauveur, mais je pouvais me reposer en Celui qui avait fait ces choses, sans y penser directement. Or, pour cela , il faut se reconnaître un petit chien, et non seulement reconnaître ses péchés ; et c’est ce qui rend la paix solide et permanente, parce qu’elle est en Dieu. Je crois que la plupart des chrétiens n’y sont pas. C’est ce qui fait (quoique ce ne soit pas la seule chose) que bien des chrétiens sincères ont un tel combat sur leur lit de mort. Ils n’ont pas été eux-mêmes devant Dieu. Ce n’est pas que la grâce n’ait pas agi, ce n’est pas qu’ils n’aient pas sincèrement reconnu leurs péchés, reconnu que le sang de Christ seul peut les laver ; mais ils n’ont pas vraiment été amenés à dire : “Misérable homme que je suis, qui me délivrera ?” dans les résultats, oui, et ils en sont restés là ; mais, quant au fait d’être avec la source – c’est-à-dire soi-même devant Dieu en jugement – non. Voyez Job. La grâce avait agi en lui ; aux yeux de Dieu lui-même, il n’avait pas son pareil sur la terre. Il n’avait jamais été réellement en la présence de Dieu, lui. Cela ne veut pas dire qu’un homme ne soit pas régénéré, ou qu’il ne soit pas justifié. On peut être tout cela et sentir la bonté de Dieu, mais, en rapport personnel avec Dieu, on n’a pas dit, se trouvant tel qu’on est devant lui : “Maintenant mon œil t’a vu”. Cette expérience peut se faire de diverses manières : 1° au commencement, quand on est sous la loi ; 2° après une longue vie chrétienne, avec de longues angoisses ou plus doucement. D’une manière ou de l’autre, elle se fait. Mais son véritable résultat n’est pas le mysticisme ; elle en est réellement la destruction, lorsqu’elle est complète. Le mystique se contemple ; et c’est son malheur. Il parle de lui-même, et un soi-même anéanti vaut beaucoup mieux pour le moi, qu’un Dieu qui nous fait nous oublier. Comment se rappeler, soi, en la présence de Dieu ? Dieu peut me faire sentir ce que je suis pour m’amener en sa présence, il peut me nommer un petit chien, et je le reconnais, mais la foi n’y voit rien d’autre que tout ce que Dieu est, même pour un tel être. Madame de Krüdener, dont notre cher ami Eynard a publié la vie, n’en était là que sur son lit de mort, et alors elle jugeait toute sa vie précédente. Mais c’est Dieu seul qui sait faire cette œuvre. Il faut, en confessant ses péchés, se rapporter en simplicité à sa grâce qui nous pardonne, et marcher sous son œil avec pleine confiance en lui. On ne peut pas se mettre dans cette lutte morale avec Dieu ; on ne le doit pas ; il est trop vrai que nous sommes de petits chiens, pour pouvoir le faire. Lorsque lui le fait, il sait soutenir l’âme, comme dans le cas de la Cananéenne, ou dans le cas de Jacob, quoique celui-ci s’arrêtât encore mystiquement à la bénédiction, comme cela arrive parfois pour un temps.

C’est un sujet sérieux et important, cher frère. Cependant tenons-nous-en toujours à la simplicité de la grâce de Dieu. Celui qui y a passé, tout en ayant, comme auparavant, ses combats avec lui-même et sa chair, est beaucoup plus dépouillé de lui-même, a plus de discernement de ce qui est de l’homme jugé en lui, et de Dieu ; la vie de dehors, quelque active qu’elle soit, prend moins d’importance, Dieu est plus le tout de tout. Extérieurement, ce chrétien peut être à peu près de même, au fond il ne l’est pas ; l’homme a pris sa vraie valeur à ses yeux. Il a plus de communion avec ses frères, mais en même temps il est plus isolé, c’est-à-dire plus avec Dieu. C’est ce que Christ était parfaitement, parce qu’il n’y avait rien à dépouiller en lui.

Paix vous soit, cher frère. Si vous avez encore quelques pensées là-dessus, écrivez-moi. Quant à la défection de notre frère E., je n’en suis pas étonné. Je ne peux pas dire non plus, sauf pour lui en charité, que cela me fasse de la peine. Il se connaît très peu, ou point. Dieu a permis qu’il fût en grande bénédiction, je le crois, à sa femme. Je la connais depuis de longues années, ainsi que sa famille.

J’ai une bonne lettre de notre cher N. à T., et je lui ai écrit. La joie de l’assemblée et la grâce que notre Seigneur lui fait sont ma joie, cher frère, et une grâce qu’il me fait à moi. Je suis avec eux en Esprit. Qu’Il les garde près de lui dans l’humilité et dans la joie de sa présence. Saluez beaucoup R., G., F. (j’ai reçu un billet de lui ; j’ai été trop malade pour y répondre), E. et tous les frères. D. M. est, je suppose, toujours à V. Saluez-le aussi affectueusement, ainsi que C., C. et tous les autres que je ne puis nommer nom par nom. J’ai toujours la pensée d’entreprendre mon voyage en Suisse, si Dieu me le permet. Il est possible que mon état de faiblesse le renvoie à une saison un peu plus douce pour traverser le Jura, mais pas pour longtemps, je le pense. Sauf quelques visites, je ne crois pas trouver ici le champ de mon travail. Nîmes m’appellera probablement plus tard. Mais auparavant je pense – Dieu seul le sait – aller en Suisse.

J N Darby – Lettre No. 155

Janvier 1848

A M. B. R.

Cher frère,

Je vous envoie votre écrit que j’avais, en effet, pris avec moi. Je craignais d’envoyer un aussi gros cahier par la poste. J’ajoute quelques lignes.

Le Keri veut dire :”lis.” Les Masorites n’osaient pas changer le texte, lors même qu’il y aurait eu une faute évidente, mais ils écrivaient en marge :”lis ainsi.” C’étaient donc des leçons ou variantes qui sont presque toujours meilleurs que le texte. De Wette a donné le Keri dans ses “Anmerkungen”. La traduction de Wette ne me satisfait pas. La “consomption déterminée” est une expression employée en Es. 10 v.23, 28 v.22, pour signaler les afflictions d’Israël, à ce qu’il me semble, dans les jours qui précèdent le règne du Messie, soit qu’elles fondent sur Israël ou sur Jérusalem. L’emploi de ces mots en Dan.9 v.27, est très remarquable. Ceci m’a conduit à d’autres remarques. Le dernier mot de 9 v.27, est, sauf dans ce passage, toujours traduit par “la désolée”. Il y a de bons dictionnaires qui ne donnent que ce sens. Une fois ailleurs, tout au plus une forme remarquable d’un infinitif verbal est employée dans un sens actif. “Désolée” n’est pas le même mot que “désolateur”, dans le même verset. Or en 11 v.31, c’est l’abomination du désolateur. 12 v.11, c’est le dernier mot de 9 v.27, c’est-à-dire peut-être de la désolée. Vous trouverez que l’examen des chap.10 et 28 d’Esaïe sur les deux points de l’indignation et de la consomption déterminée jettent un grand jour sur Daniel. L’Assyrien y est vu très clairement et le fléau débordant à cause de leur alliance avec le mal.

J’espère que le Seigneur ramènera notre cher frère C. à un état doux et aimant. J’espère qu’on agira avec un amour sincère et cordial à son égard. Les défauts dont vous parlez ne sont pas comme d’autres qui, peut-être, ennuient moins nos voisins, mais n’en sont pas moins mauvais aux yeux de notre Dieu.

Paix vous soit.

Votre affectionné frère.